Adresses ici et là

L’atelier St Germain de Joël Robuchon à Paris

Périple gourmand Parisien 2è acte. Robuchon, j’ai toujours eu un peu de mal avec ce mec. Je n’avais pas franchement d’a
priori sur sa cuisine, juste son personnage que je trouve assez insupportable. Toujours est-il que j’avais quand même envie de tester ce concept de l’Atelier, 2 macarons chez Bibendum. Parce que
c’est quand même un peu the place to be à Paris.

 

Les gourmands suivez le guide et bon appétit bien sûr !

 

 

 

atelier 0252

atelier 0255

atelier 0266

atelier 0305

atelier 0281

La saint-jacques sur lit de macaronis à la truffe d’automne

atelier 0282

Le crabe « soft shell » en tempura sur une purée d’avocat acidulée

atelier 0288

L’agneau de lait en côtelettes en fleur de thym

atelier 0290

La célèbre purée de Robuchon

atelier 0291

La fricassée de ris de veau aux chanterelles

atelier 0308

Le Paris-Brest, crème mousseline au praliné

atelier 0314

La pomme au four et sa glace au caramel

atelier 0316

 

 

Déco toute de rouge et noir comme vous pouvez le voir. Jeanne Mas n’aurait pas rêvé meilleur endroit pour exiler sa peur.
Julien Sorel lui, aurait sans doute emmené dîner sa belle avant de mettre le couvert ! Aha !

 

Tout d’abord ce concept. Somme toute original. Aucune table mais 40 couverts dressés tout autour d’un bar avec le spectacle
des cuisiniers en pleine action en son centre. Une disposition qui n’est pas sans rappeler les teppan yakis japonais. C’est pourquoi ne pensez pas fêter votre anniv’ avec une dizaine d’amis
là-bas, sous peine de dîner alignés les uns à côté des autres ! En plus les résas ne sont possibles que pour les services de 11h30 à 12h30, 14h00 à 15h15 et 18h30 !

 

Alors du coup ça vous déroute un peu cet anticonformisme de l’étoilé Michelin. Adieu nappe blanche, mises en bouche et
autres pré-requis ! Perso, pourquoi pas un peu de débridage ça fait pas de mal pourvu que la qualité suive. Parenthèse : D’ailleurs, au Japon les restos du guide
rouge n’ont rien à voir avec nos codes d’étoilés à nous. Déco and co là n’est pas la question, tout se passe dans l’assiette et le savoir-faire. Et c’est très bien illustré dans ce reportage
d’Arte Y’a du sushi à se faire.

 

L’ambiance chaleureuse et le service pro mais décontracté sont appréciables. Tout autant que la cuisine spectacle en face
de nous. C’est une bonne adresse à tester en couple ou entre amis mais pas avec mamie.

 

Passons au vif du sujet, qu’est-ce que ça donne dans l’assiette. Un menu dégustation alléchant, des plats à la carte en
petite portion pour goûter ou des plats en portion « normale » nous sont proposés. Notre choix s’est porté sur des portions dégustation en guise d’entrée puis plat et dessert.

Les St-Jacques une pure tuerie. L’association avec des vulgaires pâtes est surprenante à l’arrivée de l’assiette mais le
résultat est vraiment subtil, ça explose en bouche. On ne peut pas en dire autant du crabe. Tout du moins si, ça vous explose la bouche tellement c’est (beaucoup) trop acidulé. C’est bon mais ça
ne casse pas la baraque. L’agneau était parfaitement cuit et ses petites côtelettes toutes mignonettes étaient bien agréables à déguster. Et cette célèbre purée Robuchon ! Elle
fait débat la pauvre. Entre ceux qui disent que ce n’est qu’une vulgaire purée, ceux qui dénoncent sa préparation à base de pulpe congelée… Perso, je l’ai trouvée vraiment très bonne mais le
débat reste ouvert.

Pour terminer, ce dessert à la pomme. On ne peut plus basique (mais bon), ça s’est pas trop foulé derrière le piano. Une
touche d’originalité aurait été appréciée !

     

Si l’aventure vous tente, vous retrouverez la machine à cash de Robuchon un peu partout dans le monde. Y’a même un deuxième
Atelier à Paris au Publicisdrugstore. Attention, tous ne sont pas étoilés.  

 

 

http://www.joel-robuchon.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page