Adresses à Lyon

Le Purple à Lyon

Elles s’appellent Brenda, Alison ou Victoria peut-être. Putafranges de haute voltige qui cachent des smokey eye et des
rangées de faux cils bien peignées. ELLE leur a tout appris. Forcément je fais pâle figure avec mon sac Monoprix (han trop parvenue la fille !) alors que le damier/monogramme est de
rigueur. Bienvenue au Purple, le nouveau « place to be » à Lyon. 


 

purple-lyon 1131purple-lyon 1162purple-lyon 1135purple-lyon 1158purple-lyon 1160purple-lyon 1186purple-lyon 1166

Mise en bouche : flan de légumespurple-lyon 1167

Cabillaud en tartare sur son sablé au parmesanpurple-lyon 1175purple-lyon 1182

Tartare de boeuf, mesclun et frites « maison »purple-lyon 1183

Penne regatoni, basilic frais et parmesan Reggiano

 

 

Ce que je déteste dans un resto c’est le manque d’humilité, l’esbroufe et le client pris pour un con. J’appelle ça
brasser du vent. Et question brassage de vent au Purple ils ont 12 sur l’échelle de Beaufort…

 

Nous commençons par un cocktail au bar en attendant qu’une table se libère. La barmaid exécute sous nos yeux les mojitos.
Pas franchement renversant, faute à la main lourde sur le citron sûrement. Mais dis donc c’est top trendy hype ce petit bâtonnet fluo dans notre verre… 

Bref, nous passons à table et c’est là où ça se gâte.

La carte en main nous ne savons pas si nous devons rire face à ces noms de plats tous plus ridicules les uns
que les autres… Le must revient à la côte de veau milanaise comme à St Barth, excusez-moi du peu ! L’ensemble pue l’arnaque à plein nez (vu les prix et les intitulés), je pars donc sur
des pâtes (et pas à St Barth aha). Oui des pâtes !!! Plat que je ne choisis JAMAIS au resto, autant rester chez moi pour ça. Je prends tout de même une entrée : le tartare de cabillaud.
 Ce dernier est cuit par la marinade dans laquelle il doit baigner depuis des heures. Alors évidement un tartare cuit… Côté pâtes RAS, m’enfin jusque là pas de quoi se rouler par terre. Je
vous passe les détails du tartare de boeuf jeté à la truelle dans l’assiette et bien trop assaisonné. Forcément après toutes ces déconvenues, nous faisons l’impasse sur le dessert.
Le reste n’arrivera pas à atténuer notre déception, le service est hautain et dédaigneux. L’ambiance, elle, vous casse
les oreilles avec Rihanna, Guetta et consorts à fond. A définitivement oublier un samedi soir. A définitivement oublier tout court d’ailleurs.
 

www.purplerestaurant.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page