Adresses ici et là

Nerua à Bilbao

Nerua, visite guidée dans un monde contemporain avec tout ce qui lui appartient : l’exploration de sensations, être dérangé, questionné, étonné, emballé, affolé, dérouté…

nerua 6722

Sans titre-1

nerua 6845

nerua 6735

« Maman », l’araignée de Louise Bourgeois

nerua 6724

Sans titre-2 

nerua 6743

 Melon grillé à la menthe, éclats de concombre, pamplemousse et kéfir

Sans titre-5

 A droite : Tomates en sauce, herbes aromatiques et fond de câpres

Sans titre-6

nerua 6780

Mijoté d’oignon blanc « doux », fond de morue et poivron vertnerua 6783

 Infusion de parmesan (30 mois) caillé, larmes de truffe, pain croquant et shiso vertSans titre-7

 Accord mets & vins avec une bière brune

Sans titre-9 

nerua 6803

 Foie gras végétal, concentré de calamars acidulé et coriandre

Sans titre-10

 A gauche : le chef Josean Martinez Alija. A droite : Bar accompagné de radis, bouillon de persil et légumes

nerua 6815

 Pêche au thym accompagnée de crème douce à la pomme de terrenerua 6824

Chocolat pur du Venezuela, sablé piquant de massepainSans titre-8

nerua 6825

 Macarons : bière, fraise, courgette, thé earl grey, pomme, amande et café

nerua 6834

 Rhubarbe rôtie, crème de pomme, agrumes et basilic glacé

Sans titre-11

 A droite : Crème au café en trompe l’oeil

Prendre place sur une table immaculée met tout de suite le doute, comme si l’on ne vous attendait pas. Tiens les couverts sont chauds, ils sortent du lave-vaisselle. Les tables dansent sur le parquet.  Mais en fait, tout n’est que prétexte pour nous tromper. Nous tromper de la meilleure infidélité que ce soit : il n’y a pas d’ordre établi, les codes dans l’oubli. Ca n’a pourtant rien d’une aventure prétentieuse, trop moderne, illisible ou incompréhensible. De tableaux en tableaux, les émotions se projettent, imprègnent les murs nus. Au fond, pas besoin de déco, l’enthousiasme et les saveurs habillent la salle.

Le repas est une fenêtre ouverte sur l’art. D’ailleurs le regard déambule autour et s’arrête sur les contours de la célèbre araignée de Louise Bourgeois. Il n’y a qu’elle pour vous pondre une bestiole aussi sympathique. Je ne sais pas si le Guggenheim est une source d’inspiration pour le chef, une chose est sûre, les assiettes sont de véritables oeuvres vivantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page