À croquer

La soupe de chalet

Je ne sais plus vraiment si ces souvenirs m’appartiennent ou s’ils résultent d’un fantasme fabriqué avec la mémoire des autres et quelques photos perdues au fond d’une boîte à chaussures. J’ai pourtant l’intime conviction que ce ne sont pas que des réminiscences. Parce que la soupe de chalet arrive en bonne place au rayon de mes madeleines de Proust au milieu des chouquettes, du beurre et de la crème. A la différence que j’en ai mangé en tout et pour tout trois fois. Un détail.

soupe de chalet suisse

Soupe de chalet, plat populaire paysan composé de lait, crème, fromage (suisse !), pommes de terre, poireaux, carottes, macaronis (la recette varie selon les familles et ce qu’offre la nature)

La première fois je devais avoir 5-6 ans et je découvrais – totalement fascinée – ce généreux baquet de soupe disposé au centre de la table. Chacun plongeait sa grosse cuillère en bois dedans et engloutissait ce mets typique des alpages suisses. Une dinette où tout le monde trempouille sa gourmandise avec facétie, comme une sorte de transgression des codes de la bienséance à table, ça m’avait franchement amusée.

La deuxième, 15 ans au compteur et un amour inconditionnel pour un certain Nico. Plus nourrie par les premiers émois que par l’estomac, j’avais pourtant réclamé une soupe de chalet lors d’une virée chez nos cousins de Vevey. La mémoire du goût et son esprit tenace ne tenaient plus en place.

La troisième, 15 ans plus tard, il y a quelques jours en fait. Toujours obnubilée par cette soupe de chalet, je veux en déguster une pendant mon week-end en Suisse. Amadoués par une moue à la « Chat Potté » des plus convaincantes, ma famille ne pouvait pas me la refuser. 12°c, même la météo n’a pas résisté !

J’ignore encore quand aura lieu la quatrième. Dans 10 jours ou dans 10 ans. Ca fait long une décennie… mais ça rend les retrouvailles encore plus réjouissantes.

Pour en déguster une, vous pouvez aller ici : www.lesrosalys.ch (1h15 depuis Genève) – Et pour une recette c’est ici

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page