Adresses à Lyon

Ma cuisine, la nouvelle table de Nicolas Le Bec

C’est un privilège assez déroutant d’assister à la première d’une table. Comme si l’on entrait dans une intimité somme toute fébrile. On foule une terre neutre, aucune idée de la déco, des plats, des menus. Oser traverser les yeux bandés.

ma-cuisine-le-bec 8979

ma-cuisine-le-bec 8972

ma-cuisine-le-bec 8999

ma-cuisine-le-bec 8967

Jaune d’oeuf, morilles

ma-cuisine-le-bec 9012

Foies gras des Landes, raisin confit, jus réduit de viognier

ma-cuisine-le-bec 9014

Risotto à la truffe

ma-cuisine-le-bec 9020

Bar, st jacques, saumon et caviar osciètre

ma-cuisine-le-bec 9026

Jarret de veau

ma-cuisine-le-bec 9028

ma-cuisine-le-bec 9040

Tarte au caramel

ma-cuisine-le-bec 9041

Je regarde à droite, puis à gauche. Personne. Je déambule au milieu de la Rue Le Bec, je foule les quelques marches qui séparent un espace qui fourmille pour l’étage, plus feutré. Déco quelque peu ostentatoire, plutôt jolie. Ambiance élégante bien qu’un peu maniérée. Des atours bourgeois, loin des codes du dépouillé nordique tellement à la mode. Nicolas Le Bec accueille dans « sa cuisine ». Et c’est peu dire, nous sommes installés face à la Saône, en lieu et place de son ancien appartement.

L’idée ici : proposer un seul et unique menu à une joyeuse (surtout riche) bande de happy few, une vingtaine de couverts tout au plus. Riche oui, parce que 128 euros le menu ça vous déglingue le compte en banque avant même d’avoir avalé la première mise en bouche.

Le produit, le produit, le produit. Voilà pourquoi il faut venir ici et pas pour autre chose. Foie gras, caviar à la louche, bar, st jacques, truffe… Un festival de dollars se retrouve dans l’assiette. C’est très précis, techniquement irréprochable – à l’image des st jacques divines. Mais… Parce qu’il y a un mais… Rien qui vibre à l’intérieur, aucune pulsion sauvage de plaisir. 

François Simon titre l’un de ses ouvrages Manger est un sentiment. Une évidence, un crédo de vie au delà du besoin primaire de se nourrir. C’est ce que j’aurais aimé ressentir lors de ce dîner, des sentiments. Plus de fantaisie, de risque, de surprise…

Nous traversons la Rue à nouveau, le coeur lourd. L’estomac presque affamé, frustré d’avoir manqué l’ivresse d’une première fois. 

2 commentaires

  • LEVIF says:

    Quelle déception ! Est-ce qu’à force de voyager . Monsieur LE BEC n’aurait-il pas confondu gastronomie et low cost !?
    Service inexistant, guindé, métissé (certes mais hors propos..et ça ne fait pas de moi un facho, loin de là…), très grande difficulté de compréhension au niveau du service…bref!
    Doit-on payer 128€ pour cette farce ? Certainement pas!
    7 ou 8 variations , fromages et desserts compris..!
    Allons y!
    Œuf jaune et blanc en émulsion avec chorizo: le croquant de la coquille tombée au fond de la coque apporte de la matière à cette verrine non maîtrisée !

    St. Jacques dans coquille naturelle (d’aspect plastique d’où l’interrogation quant à la pertinence de sa présence !) bouillie ou à la vapeur dans une réduction ou un jus de petit pois ! Pas de saveur,fadeur et élasticité
    au rendez-vous !
    Daurade ou micro filet de daurade, meunière, sauce citronnée…bref, oublions…
    La suite, prochain épisode !

Répondre à LEVIF Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page