Adresses ici et là

Michel Chabran à Pont-de-l’Isère

Nouvelle étape dans notre tour gourmand de Pâques, le restaurant de Michel Chabran, 1 macaron Michelin. Comme son nom ne l’indique pas, Pont-de-l’Isère est un petit village Drômois, à 1 heure de route de Lyon. C’est ici qu’officie le chef Michel Chabran, au coup de fouet plutôt classique et traditionnel.

Sous la véranda ensoleillée, les familles s’attablent pour passer un délicieux moment entourées des gens qu’ils aiment. Parce qu’au final on vient pour se retrouver plus que pour vivre un véritable moment de gastronomie.

chabran 3994

chabran 3983

chabran 3982

chabran 4002

chabran 4051

Oeuf de caille poché aux écrevisses

chabran 4066

Cuisses de grenouilles sautées, pommes de terre rattes écrasées au caviar « Esturgeon d’Espagne », crème et chips d’ail,
persil frit

chabran 4071

Homard Européen sauté à cru, légumes printaniers, jus aux agrumes et Beaumes de Venise

chabran 4126

chabran 4097

Foie gras de canard poêlé aux navets, jus au vinaigre de framboise, mousseline aux petits pois

chabran 4114

Pigeon de la ferme Jean-Louis Chabert en pastilla, jus aux épices

chabran 4120

chabran 4121

chabran 4133

Douceur au chocolat

chabran 4168

Sablé au beurre salé aux fraises, chiboust au basilic, glace au fromage blanc

chabran 4142

chabran 4143

chabran 4150

chabran 4179

Très clairement, il ne faut pas aller là-bas pour déguster une cuisine prise de risque. Les propositions sont sages, les produits sont nobles, avec une mise en lumière importante sur le respect des saisons. Dans l’assiette, on est d’abord surpris par ces bouchées avec des cure-dents en bois… Pour un restaurant étoilé, ce genre de présentation d’apéro entre potes détonne. Comme entrée en matière on a vu (beaucoup) mieux. Les plats se suivent et les hic se ressemblent, surtout au niveau des approximations de cuissons. Comme les cuisses de grenouilles, certaines à peines cuites, d’autres oubliées sur le piano. Idem pour le pigeon qui a pris un sacré coup de chaud. Et ce fois gras poêlé… Un crime gourmand de le présenter aussi cuit ! Quel regret de ne pas avoir le croquant qui entoure une chair à peine cuite et fondante. La seule vraie consolation, c’est ce homard coloré, brillant de saveurs avec une sauce réduite au Beaumes de Venise, il n’en reste pas une miette.

C’est donc une table à faire un dimanche en famille, pour se régaler de quelques plats à la carte, mais sans tomber dans le piège d’un menu dégustation.

Découvrir l’univers de Michel Chabran

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page