Adresses ici et là

Maison Troisgros à Roanne

Pâques est déjà bien loin derrière nous et j’ai pourtant l’impression que c’était hier. 3 jours entièrement dédiés à mon amour névrosé de la bonne bouffe avec mes 2 keupains. Un trio prêt à tout (les sacrifices) pour assouvir sa soif de gourmandise. Première étape : la Maison Troisgros à Roanne.

troigros 3219

Toast calamar tapenade, panisse, pastèque moutarde

troigros 3221

Tomate cerise caramélisée

troigros 3231

Couenne de porc, citron vert

troigros 3232

Pana frita au lard colonata

troigros 3208

troigros 3205

troigros 3249

troigros 3242

Couteaux en gelée de pomme et basilic

troigros 3262

Maquereau croustillant, inspiré de Venise

troigros 3276

Noix d’huîtres chaudes à l’oseille et au cumin

troigros 3304

Plins de petits pois aux coques

troigros 3310

Rouget barbet façons « Mondrian »

troigros 3386

Saint-Jacques qui « collent à la dent »

troigros 3399

troigros 3405

Canette de Challans au pruneau et artichaut

troigros 3451

troigros 3427

troigros 3462

Panna cotta pour pâques

troigros 3508

troigros 3536

L’amer pamplemousse

troigros 3489

troigros 3329

Michel Troigros

troigros 3357

Avec son fils, César

troigros 3370

troigros 3567

troigros 3570

troigros 3550

troigros 3775

troigros 3562

troigros 3765

troigros 3784

Dans cette maison qui a vu passer plusieurs générations de chef, on entre dans ses petits souliers, on met les pieds dans une des références de la gastronomie française. Ca force le respect. J’avais un souvenir assez ému d’un premier dîner là-bas, je devais avoir une dizaine d’années. Intriguée par tous ces filaments de sucre du dessert, ma curiosité avait été assouvie par les explications bienveillantes de Michel Troisgros. C’est donc avec un plaisir nostalgique que j’ai retrouvé cette table des années plus tard.

Ce que j’ai aimé dans cette cuisine hautement colorée et à l’esthétique finement travaillée, c’est la rondeur et la générosité. A la fois faussement bourgeoise, un brin moderne, le tout bien acidulé. Toujours avec quelques touches délicates de souvenirs de voyages ou de la cuisine d’une grand mère italienne. Le service est prévenant, sans jamais être intrusif, il accompagne à merveille le repas.

Plus en détail, j’ai totalement fondu pour ces ravioles de petits pois nouveaux, finement sucrés supportés et sublimés par les coques et un léger jus crémé. Les huîtres sont un sympathique hommage à l’oseille et les coquilles st jacques délicieuses complices des dentelles dorées. Quelques regrets, la canette plutôt décevante avec cette fausse croûte qui ne croustille pas et des associations qui ne fonctionnent pas vraiment à mon goût. Les desserts aussi, l’oeuf de pâques est un joli clin d’oeil mais ne laisse pas le cul par terre. Le pamplemousse, lui, nous laisse perplexe et sur la touche.

Maison Troisgros à Roanne – Je vous recommande aussi une annexe de la Maison Troisgros, La Colline du Colombier, j’en parle ici d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page