Adresses ici et là

Serge Vieira à Chaudes-Aigues

La 2è étoile vient tout juste tomber, l’occasion de revenir sur table donc je ne vous avais pas encore parlé ! Elle a eu la lourde tâche de clôturer notre food trip de l’été dernier. Après une cuisine espagnole magistrale – El Cellar de Can Roca, Nerua, Akelarre, Martin Berasategui et Mugaritz – nous avions quelques appréhensions à retrouver la cuisine française. Mais le parcours de Serge Vieira est saupoudré d’excellence, passage par la maison Marcon et Bocuse d’Or en 1995. En ressort une cuisine très détaillée, précise où chaque élément n’est jamais superflu.

vieira 7409

vieira 7405

vieira 7378

vieira 7389

vieira 7375

vieira 7386

vieira 7311

vieira 7373

vieira 7323

Image 7

vieira 7341

Foie gras de canard cuit au naturel, condiment « pêche », poivre des moines et fleur de gaillet

vieira 7344

Huîtres de la « Baie de l’enfer » juste raidies, caviar d’aubergine et beignet de tétragone, marinade de pomme verte aux agrumes

vieira 7351

Filet de rouget poêlé, jeunes artichauts, bouillabaisse de moules et légumes d’été

vieira 7349

vieira 7355

Epaule et ris d’agneau « Allaiton » rôtis aux citrons confits, marinade de sweet banana, pâte d’olives noires et jeunes poireaux

vieira 7358

vieira 7364

Sur un sablé breton, moelleux à l’abricot, croquant céréales et fleur de sureau, crème glacée aux bâtons de réglisse

vieira 7366

Le chemin qui mène au restaurant laisse entrevoir le bâtiment perché sur une colline. Au milieu des vieilles pierres, vestiges d’une ancienne ferme, se mêlent des matériaux bruts. L’ensemble est un véritable cinéma sur la nature avec une vue à 360 degrés sur les paysages Auvergnats. L’édifice intimide mais donne une irrésistible envie de pénétrer dans cet antre de la gourmandise.

Parce qu’on ne vient pas dans ce trou paumé au hasard. En fait, j’aime particulièrement cette quête de la table qui se mérite. Celle où tu fais des heures de route, juste pour elle. Sillonner des lieux où tu ne serais jamais allé, la suivre jusqu’au bout du monde pour la goûter.

Que ce soit au niveau de l’ouverture sur la nature ou sur le travail impressionnant de mise en place, je ne peux pas m’empêcher de penser à Régis Marcon. Serge Vieira semble d’ailleurs prendre le même chemin du succès avec l’obtention de cette 2è étoile.

Les mises en bouche et mignardises soignées sont une entrée en matière et une fin de repas des plus bluffantes. Et la sensation se confirme lors d’un deuxième repas en novembre dernier. Nous avons dégusté une assiette de légumes qui convertirait les plus gros viandards en végétariens militants. Dingue, vraiment dingue, riche en saveurs, gourmand, éclatant !

http://www.sergevieira.com/       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page